Tendances 2018 du marché des sociétés spécialisées en services de télécommunications.

Tendances 2018 du marché des sociétés spécialisées en services de télécommunications.

Les sociétés de services en télécommunications connaissent depuis 2016 une tendance à la hausse dans la majorité de leurs activités. Sur l’année 2017, ce secteur a connu une hausse de 9% (tous services confondus), du jamais vu depuis 2011.

Alors, comment sur un marché aussi concurrentiel les entreprises du secteur arrivent-elles à prospérer et croitre de manière aussi significative ?

Rappel du secteur :

Les services de télécommunication peuvent être regroupés en quatre catégories :

–      Accès internet

–      Voix

–      Données

–      Solutions « machine to machine »

Par rapport à cela, les prestataires en services de télécommunication se divisent en trois segments distincts :

–      Conception

–      Déploiement / Construction

–      Maintenance

Enfin, il y a deux types de clientèles :

–      Grand public (particuliers)

–      Professionnels (entreprises privées, entreprises publiques, collectivités)

Par conséquent, le chiffre d’affaires du secteur est dicté par neuf facteurs principaux.

Le premier d’entre eux est la prise de locaux indépendants par une entreprise. La grande majorité des entreprises ont besoin de locaux pour exercer leur activité. Cela représente autant d’opportunité pour les sociétés de services en télécommunication d’installer et/ou de maintenir de nouveaux équipements.

Le deuxième est la construction de bâtiments. Tout nouveau bâtiment doit être câblé et proposer à ses futurs occupants (particuliers / entreprises) des accès internet, un service de téléphonie fixe, etc.

Le nombre d’abonnements à la téléphonie fixe constitue également un facteur important de l’évolution du secteur. En effet, chaque nouvel abonnement est une occasion d’installer ou de modifier des équipements de communication.

Les opérations de dégroupage et de bitstream nécessitent des interventions humaines et sont donc autant d’opportunités de générer du chiffre d’affaires.

Les dépenses en TIC de la part des entreprises sont également un point important. Les outils de communication et informatiques sont une composante essentielle au gain de productivité des entreprises. Les dépense en technologies de l’information deviennent des axes stratégiques.

Les investissements des opérateurs en communication électroniques tels que Bouygues Telecom, Orange, Iliad… ont une également une certaine importance. Les investissements dédidés à la création d’infrastructure pour le déploiement de nouveaux réseaux (4G, fibre…) nécessitent l’intervention de sociétés de services spécialisées en télécommunication.

Les créations de data centers soutiennent la demande en composants (réseaux, connexions, serveurs…). Ainsi, plus les créations de data centers sont nombreuses, plus les sociétés de services spécialisées en télécommunication sont sollicitées.

La capacité des entreprises à proposer des offres « tout en un » à forte valeur ajoutée devient un avantage concurrentiel sans précédent au sein d’un marché très tendu. Ainsi, les entreprises ont de plus en plus tendance à proposer des « packages ».

Enfin, le prix des prestations constitue un déterminant important de l’évolution des revenus des sociétés du secteur. Ce tarif dépend souvent de l’évolution des coûts pratiqués par les fournisseurs d’équipements.

Les leaders du marché des infrastructures de télécommunications en France :

1.    Vinci Energies : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 631 M€ de CA en 2016, soit 17% du CA de la branche « Energies »

2.    Circet : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 450 M€ de CA en 2016, soit 100% du CA du groupe

3.    Bouygues Energies et Services : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 382 M€ de CA en 2016, soit 17% du CA de la branche « Energies et Services »

4.    Scopelec : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 370 M€ de CA en 2016, soit 95% du CA du groupe

5.    Sogetrel : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 320 M€ de CA en 2016, soit 90% du CA du groupe

6.    SPIE : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 238M€ de CA en 2016, soit 5% du CA du groupe

7.    Engie Inéo : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 238 M€ de CA en 2016, soit 10% du CA du groupe

8.    Eiffage Energies : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 115 M€ de CA en 2016, soit 3% du CA de la branche « Energies et Services »

9.    SNEF : la branche infrastructures et réseaux de télécommunications représentait 102 M€ de CA en 2016, soit 11% du CA du groupe

Un secteur en pleine croissance :

Le secteur de la maintenance et fourniture de services de télécommunication a enregistré une croissance d’environ 9% en 2017. Cette croissance devrait perdurer en 2018 avec une croissance attendue de plus de 7% sur l’année.

La principale raison de cette croissance : la création d’entreprises (hors micro-entrepreneur) qui a connu une croissance quasi similaire à celle du secteur, à savoir 7% en 2017, qui devrait croitre davantage sur 2018. Et forcément, qui dit création d’entreprise dit besoin de locaux, d’accès internet, de protection des données, de téléphonie, etc.

Le marché a augmenté de 3,8% en valeur en 2017 et la tendance est à la hausse en 2018. En effet, le chiffre d’affaires des entreprises leaders du marché de l’infrastructure qui ont connu une croissance supérieure à 10,5% en 2017, quand les leaders de l’intégration d’équipements ont connu une croissance de 8% sur la même période et que le prix de l’ensemble des services de télécommunication a augmenté de 0,60% sur l’année, avec une tendance à la hausse sur 2018 pour l’ensemble de ces données.

Conclusion :

Depuis 2016, la demande de services de télécommunications est orientée à la hausse et l’environnement économique(marché de l’immobilier d’entreprises, investissement des opérateurs de télécoms en infrastructures, etc.) demeure favorable. La croissance du secteur est donc dynamique mais très contrastée. En effet, si le CA de la profession a augmenté de 9% sur l’année (niveau record depuis 2011), cette hausse repose en très grande partie sur l’augmentation des revenus des spécialistes des travaux sur les infrastructures. A l’inverse, le grand nombre de TPE spécialisées dans les services pour les équipements de téléphonie fixe traditionnelle auprès des TPE a accusé une baisse d’activité. Les prix sont à un meilleur niveau depuis 2016 mais restent encore sous pression. Sur l’année 2017 les tarifs moyens ont progressé de 0,60%, mais la très vive concurrence fait que cette croissance ne tend pas à s’amplifier.

Ces tendances positives devraient persister en 2018 avec toujours plus de besoin, et un environnement économique encore plus favorable. A suivre donc pour savoir qui sur le marché, cette année, arrivera à tirer son épingle du jeu !

Source : Etude XERFI Octobre 2017 – L’installation et la maintenance de services de télécommunications.

Besoin d'un profil de haute qualité pour une de vos missions ?